Notre histoire


De la ville aux cuisines de son village

Ce qui, au départ était pour Aline Lefebvre, un passe-temps personnel est devenu aujourd’hui une entreprise familiale rentable. Les gelées gastronomiques au vin ou à la liqueur qu’elle confectionnait pour servir à sa table ou offrir en cadeau à des amis sont maintenant vendues dans de nombreuses boutiques de produits fins.

A. Lefebvre et Cie Inc. vend en effet des confitures et marmelades pures en petit pot d’une once, sous étiquette personnalisée à de nombreux hôtels à travers le Québec. Auparavant, les portions individuelles en bocaux de verre étaient des produits importés : on ne trouvait ici que de la confiture ou de la marmelade en petits contenants de plastique.

Les produits des cuisines de mon village ont tout de suite connu du succès. Aline Lefebvre s’est toujours fait un point d’honneur de n’utiliser que des produits de première qualité, purs, sans additifs ni parfum ou essence artificielle.

Si ces gelées se sont imposées, c’est sans doute parce qu’elles sont bonnes, différentes, mais aussi parce que c’est quelque chose d’exclusif et de fabriqué ici, au Québec.

« À l’époque, je ne faisais pas de confitures. Et je n’avais jamais songé à des portions individuelles. Mais je me suis dit qu’il n’y a rien d’impossible. J’ai fait des recherches : je me suis servie de recettes de ma grand-mère et je les ai adaptées. Ce que je voulais, c’était un produit pur, c’est-à-dire 65 % de fruits et 35 % de sucre. Il a fallu faire de nombreux essais avant d’en arriver à l’excellence et au goût recherchés. »

Aux confitures, Aline Lefebvre a ajouté de la marmelade aux trois fruits (orange, pamplemousse, citron), du miel de fleurs sauvages et du sirop d’érable de chez nous. La compagnie A. Lefebvre Inc. est entrée en opération depuis le mois de mars 1982 et a depuis signé plusieurs autres contrats importants avec des hôtels et divers établissements un peu partout à travers le Québec et dans le reste du Canada. Lorsqu’un client en manifeste le désire, nous personnalisons l’étiquette en inscrivant le nom de l’hôtel, ce qui rajoute un cachet encore plus exclusif.

La qualité du produit a été depuis les tous débuts notre marque de commerce et nous ne faisons aucune concession de ce côté.

Entrevue de la journaliste Renée Rowan extraite du journal
Le Devoir, lundi 16 août 1982